Une montagne sauvage et préservée
Etang d'Araing vu du pic de l'Har
Difficulté :
4
durée : 9jours

                     

Après avoir quitté  Luchon, ville thermale et haut lieu du pyrénéisme de jadis, vous ne regretterez pas le premier tronçon de l’Ariège qui vous amènera dans une nature luxuriante où le hêtre domine dès la première montée en forêt. Au delà, c’est la prairie verdoyante où le névé pentu s’accroche parfois au fond d’un couloir faisant gronder la cascade jusqu’au cœur de l’été. L’œil rivé sur le blanc et rouge du balisage sera souvent happé et détourné par les couleurs des roches ferrugineuses, du schiste ardoisier ou du granit clair. Cette richesse géologique fut exploitée dans plusieurs secteurs comme aux mines du Bentaillou ou dans la terrible falaise de la mail de Bulard et jusqu’à des altitudes invraisemblables. L’empreinte de l’homme est quasi permanente à chaque pas. Le mineur, le colporteur, le porteur de glace ont disparu laissant  seul le berger dans la cabane en estives avec ses  moutons. C’est le tronçon le plus sauvage de la chaîne, le Crabère et le Mont Valier y sont grandioses. Le GR n’emprunte que rarement une route qui dessert un hameau de montagne. Celui-ci, souvent peu peuplé révèle les couleurs locales et en est un joyau de l’architecture pyrénéenne. Il rend aussi la traversée plus difficile par le manque de ravitaillement mais la rend plus conviviale pour trouver un morceau de pain ou de fromage...

.