Une traversée en huit tronçons
Etang d'Araing
Difficulté :
4
distance : 870,00kms
durée : 53jours

Une traversée en huit tronçons d’où il est facile d’entrer et de sortir du sentier avec le train ou le bus (voir la rubrique accès dans chaque tronçon).
Vous trouverez toutes les cartes utiles au 25/000 sur www.loisirs.ign.fr/cartes.html ou 50/000 sur www.editions-sudouest.com
Les quatre topoguides de la FFRP contiennent une multitude d’informations complémentaires à notre site et en deviennent indispensables www.ffrandonnee.fr
 

Un fort impact culturel
Difficulté :
3
durée : 5jours

Après avoir quitté la plage d’Hendaye et la baie de Chingoudy, le GR 10 se heurte rapidement aux premières collines qui contrastent avec le bord de mer. L’Espagne n’est pas très loin et vous rencontrerez bientôt les bornes frontières du traité des Pyrénées juste avant d’arriver « aux ventas » où le randonneur peut se ravitailler. Hauts lieux d’échange et de commerce entre provinces, le Pays Basque à su maintenir sa population ainsi que son agriculture. Tout est en ordre, les villages sont magnifiques, typiques, propres et fleuris. Les maisons blanches et rouges couvertes de piments sont rutilantes et la forêt est maitrisée. Routes, pistes et sentiers se mélangent pour traverser les mosaïques de culture et d’élevage. On sent une identité forte, parfois méconnue que chacun d’entre nous essayera de percer en longeant tombes, stèles discoïdales et cromlechs. Le tourisme, le GR10 et la randonnée sont facteurs d'une économie viable. Il culmine au pied de La Rhune ou à St Jean pied de Port avec le croisement du sentier de Compostelle…
                                         

Des espaces maîtrisés avant les premiers grands sommets
Difficulté :
4
durée : 6jours

Dans ce second tronçon, le GR 10 quitte l’ancienne capitale de la basse Navarre et poursuit la traversée du pays Basque. Le relief est accidenté et malgré la faible altitude  nous traversons de véritables vallées de montagne. Plusieurs cromlechs, ornent le bord du GR avant de s’enfoncer dans la magnifique forêt d’Iraty. C’est aussi le tronçon des gorges qu’on surplombe dont les noms évocateurs Kakouéta, Olhadubi, Holzarté ne nous laissent pas indifférents.  L’aventure, au dessus d’un vide incroyable est au pied de l’audacieuse passerelle d’Holzarté. On découvre aussi le magnifique désert des arres du pic d’Anie truffé de gouffres comme celui, à deux doigts du col de la pierre St Martin découvert en 1950 par Georges Lépineux. Haut lieu de la spéléologie, le gouffre sera exploré par les pointures de l’époque comme Haroum Tazieff et Marcel Loubens qui y perdra la vie en 1952. Leurs travaux dans ce gouffre, le plus profond du monde de l’époque, conduirons à la découverte de l’immense salle de la Verna. En surface, le randonneur rencontrera en début de saison les premiers névés…